Eh oui, un autre monde est possible!
Après avoir traversé la savane aride, je me trouve à la porte de Kaydara, la ferme-école agro-écologique qu’a créée Gora Ndiaye il y a 10 ans. Elle se trouve à Samba Dia sur la commune de Fimela.
Bien qu’ayant aperçu quelques branches de cocotiers au-dessus du mur blanc qui l’entoure, ce que je vois lorsque je franchis la porte me semble irréel! Une oasis, un foisonnement de verdure, partout ça pousse!
A côté de l’entrée je remarque tout de suite une pancarte « Kaydara un espoir pour l’Afrique ». Puis je passe devant une fresque qui représente une femme qui sème à tout vent « Femmes du Monde Ensemencières ».
Après avoir été accueillie par Gora, Mamadou Dia, un élève apprenti-instructeur me fait découvrir le jardin magique. Je vais des germoirs de cocotiers aux pépinières de poireaux, carottes, oignons et bien d’autres légumes; des papayers sont en sachets en attendant d’être plantés, d’autres produisent déjà des fruits! Un petit bâtiment blanc abrite les semences maraichères produites par les élèves.
Je remarque au passage les tableaux noirs qui expliquent comment fabriquer et utiliser les bio-pesticides et les fertilisants avec les matières organiques. Un autre explique le bilan comptable et comment gérer l’entreprise. Et c’est bien de ceci dont il s’agit car ici on forme les jeunes adultes à construire l’Afrique de demain.
Gora a tout organisé pour que tous ceux qui entreprennent ce changement réussissent. Au delà des conditions matérielles requises, dont la principale est l’attribution par la famille d’un hectare de terre pour qu’ils puissent commencer à s’installer et mettre en application les enseignements pendant leur formation de 3 années, des qualités humaines sont indispensables : patience, persévérance et endurance. S’il manque une seule de ces qualités, on n’entre pas me dit Gora.
Comme dans le conte peule initiatique qui a donné son nom à la ferme, Kaydara, l’élève doit être en capacité de continuer malgré la douleur et alors il trouvera le sourire.
Etre initié aux secrets de la terre pour en récolter les fruits, c’est aussi, comme le dit Amadou Hampaté BA, « se retrouver soi-même et pouvoir tendre à l’ami étranger non plus la main d’un mendiant mais l’ami d’un frère ».
Pour Gora, vivre c’est lutter. Au travers de la lecture et de l’étude du conte pendant 3 mois Gora dispense une pédagogie au plus près des réalités, bien vivante afin que chaque élève retrouve sa personnalité africaine tout en rythme, le rythme de la vie.
En plus de plants provenant des pépinières de l’école, chaque élève certifié reçoit 30 pieds de cocotiers et un couple de moutons. Car l’élevage est le complément de l’agriculture par les matières organiques qu’il procure, en plus de permettre l’autosuffisance alimentaire.
Depuis 10 ans la ferme de Kaydara contribue grandement au développement durable de la région en conservant les terres aux paysans et en restaurant la fertilité des sols dans le respect de l’écologie.
Quatre fermes sont en gestation dans d’autres régions du Sénégal et une demande provient d’Haïti. Dix formateurs pourvoiront aux besoins. Le voeu d’Amadou Hampaté BA est en passe de se réaliser « Retrouvons notre terre elle nous nourrira et peut-être même offrira-t-elle ses fruits savoureux à d’autres nations qui en ont perdu le goût. »